Qui est Michael Balint?

Médecin et psychanalyste anglais né Mihaly Bergsmann (1896-1970)

Né à Budapest dans une famille de la petite bourgeoisie juive, Michael Bergsmann était le fils d’un médecin généraliste. Analysé par Hanns Sachs et contrôlé par Max Eitingon, dans le cadre du prestigieux Berliner Psychoanalytisches Institut (BPI), Balint s’orienta vers la médecine psychosomatique en soignant des patients à l’hôpital de la Charité. Puis il regagna Budapest où il refit une tranche d’analyse avec Ferenczi. En 1939, il prit la route de l’exil et arriva à Manchester.


A partir de 1946, Balint changea de vie. Installé à Londres, il commença à travailler à la Tavistock Clinic où il rencontra les grands “ténors” de l’école psychanalyste anglaise: John Rickman, Wilfred Ruprecht Bion. C’est là aussi qu’il fit la connaissance d’Enid Albu-Eichholtz, sa troisième femme. Analysée par Donald Woods Winnicott, Enid Balint (1904-1994) initia Michael à une nouvelle technique: le case work. Il s’agissait de commenter et d’échanger des récits de cas au sein de groupes composés de médecins et de psychanalystes. Cette expérience donna naissance à ce qu’on a appelé les groupes Balint.

Dans la double lignée de Ferenczi et de l’école anglaise, Balint définit une notion nouvelle, le “défaut fondamental”, désignant sous cette appellation une “zone” préoedipienne caractérisée par l’absence, chez certains sujets, d’une partie tierce structurante et donc de toute réalité objectale extérieure. Le sujet est alors seul et son principal souci est de créer quelque chose à partir de lui-même. L’existence de ce défaut ne permet pas l’instauration d’un contre-transfert. L’analyste est donc obligé dans ce cas de procéder à un réaménagement du cadre technique qui permette d’accepter la régression du patient.

Les groupes Balint permirent par ailleurs d’étendre la technique psychanalytique à une meilleure compréhension des relations entre les médecins et les malades.


(Extraits du dictionnaire de la psychanalyse de E. Roudinesco et M. Plon)

Groupe Balint en Bretagne en 1968 

 

 

 

Bibliographie:

Michael Balint, Le Médecin, son malade et la maladie (Londres, 1957), Paris, Payot, 1960;

Amour primaire et technique psychanalytique (Londres, 1965), Paris, Payot, 1972;

Le Défaut fondamental. Aspects thérapeutiques de la régression (Londres, 1968), Paris, Payot, 1971;

Six minutes par patient. Interactions en consultation de médecine générale (Londres, 1973), Paris, 1976;

Enid Balint, Techniques psychothérapeutiques en médecine (Londres, 1961), Paris, Payot, 1966;

E. Balint, E. Gosling, R. Et P. Hildebrand, Le Médecin en formation (Londres, 1966), Paris, Payot, 1979;

La Psychothérapie focale. Un exemple de psychanalyse appliquée (Londres, 1972), Paris, Payot, 1975.

Ginette Raimbault, Médecins d’enfants, Paris, Seuil, 1973.

André Haynal, La technique en question. Controverses en psychanalyse, Paris, Payot, 1987; “Centenaire”:

Michael Balint 1896-1970", Psychothérapies, vol. XVI, 4, 1996, 233-235.